Faire le plein

Les stations en France

Une station d’avitaillement GNV/BioGNV peut être publique (ouverte à tous), privée (réservée à l’usage propre d’une entreprise ou d’une collectivité) ou multi-acteurs (stations privées partagées entre plusieurs transporteurs).

Actuellement, le réseau français de stations est principalement composé de stations privatives mais le nombre de stations publiques est, en cohérence avec la Directive AFI, en plein essor. À horizon 2020, 250 stations pourraient ainsi être ouvertes au public.

La densification du réseau de stations sur le territoire français s’opère donc progressivement avec un engagement croissant de l’ensemble des acteurs concernés (équipementiers, exploitants, fournisseurs de gaz, collectivités locales,…) et l’existence de dispositifs de soutien (appels à projet de l’ADEME, de la région Nouvelle Aquitaine, démarche GNVolont’Air,…).

Vous souhaitez en savoir plus ? Le guide « Gaz Naturel Véhicule, comment porter un projet de station ouverte au public ? » dresse un panorama complet des indispensables à connaître sur les stations GNV/BioGNV.

Comment faire le plein ?

L’avitaillement des véhicules GNV et BioGNV est comparable à celui des véhicules à carburation dite « traditionnelle » avec, in fine, une borne de distribution qui délivre le carburant au client.

Néanmoins, la station peut, en fonction de son dimensionnement ainsi que de l’usage et du type de véhicules qui s’y avitaillent, adopter des techniques de remplissage différentes :

  • Les stations « à remplissage rapide » permettent de réaliser un plein en moins de 10 minutes. Elles sont privilégiées pour les véhicules légers, les utilitaires et les poids-lourds.
  • Les stations « à remplissage lent » ou « à avitaillement à la place », pour lesquelles le plein se fait en moyenne en 5 à 10 heures pendant la période d’inactivité des véhicules, sont particulièrement adaptées pour les flottes de bus.

De plus, selon que les véhicules roulent au GNC ou au GNL, les modalités pour faire le plein varient. Alors que le plein de GNC ne nécessite aucune formation ou équipement particulier pour les conducteurs qui se chargent du plein des véhicules, faire le plein de GNL requiert une formation et le port d’équipements de protection individuels (gants, chaussures,…). Pour en savoir plus sur l’avitaillement des camions en GNC et GNL, consultez notre brochure pratique.

Dans tous les cas, l’avitaillement en GNV/BioGNV est sûr. Les stations bénéficient, en effet, du même niveau de sécurité que les stations « classiques » et doivent répondre à des réglementations strictes. Pour en savoir plus, consultez notre rubrique dédiée à la réglementation.

Comprendre le prix à la pompe du GNV

Les prix à la pompe du GNV sont, en moyenne, de 20% inférieur à ceux du diesel. Ils s’expriment en kg, en sachant qu’avec 1 kg de GNV on parcourt la même distance qu’avec 1 litre de diesel.

Voici à titre d’illustration une décomposition du prix de GNV à la pompe (hors TVA) :

1 |  Le coût de la molécule gaz est fixé sur les marchés via des contrats à long terme. En France, il est le plus souvent indexé sur l’indice PEG (Point d’Echange Gaz), à l’instar du prix du Diesel indexé, lui, sur le Brent. Sa valeur et ses évolutions dans le temps sont consultable sur le site Powernext.

2 | Les frais d’acheminement correspondent aux frais de transport du gaz jusqu’à la station (via les réseaux de gaz pour le GNC et par camion citerne depuis un terminal méthanier pour le GNL).

3 | Les coûts de distribution comprennent la construction, l’exploitation et la maintenance de la station. A la différence du diesel, l’infrastructure est une composante majeure du prix à la pompe du GNV.

4 | La TICPE (Taxe Intérieur de Consommation sur les Produits Energétiques) est une taxe gouvernementale dont le taux est défini par l’article 265 du code des douanes. Le « gel » du taux à un niveau de 0,077 €/kg pour le GNV (vs 0,59 €/L pour le diesel) a été voté par le gouvernement français et ne devrait donc pas évoluer avant 2022.