Foire aux questions

Quel est le bilan CO2 du GNV ou bioGNV ?

Selon les données de l’ADEME, le GNV émet 6% de CO2 en moins que le Diesel, et le bioGNV émet 80% de CO2 en moins que le Diesel.
En effet, en tenant compte du bilan gaz à effet de serre complet de l’énergie, l’ADEME publie les valeurs suivantes :
– Diesel : 3,16 kgCO2/litre
– GNC : 2,96 kgCO2/kg
– bioGNC : 0,61 kgCO2/kg

Quelle est la part de biométhane dans le GNV distribué en France ?

En 2019, 16,5% du GNC consommé en France était d’origine renouvelable, soit 250GWh.
Cette part est en augmentation chaque année : 
– 2014 : 0,6 %
– 2015 : 2,7 %
– 2016 : 5,9 %
– 2017 : 8,7 %
– 2018 : 12,3 %
– 2019 : 16,7 %
La loi de transition énergétique donne un objectif de 20 % en 2023.
Plus d’infos sur l’OpenData GNV

Quel est l’impact du poids des réservoirs sur un véhicule GNV ?

Le poids des réservoirs de gaz n’impacte pas la charge utile du véhicule puisqu’une dérogation de PTAC est accordée sur les véhicules à énergie alternative (article R312-4 du Code de la Route) dans la limite d’une tonne.
Les bouteilles en acier de 80 L qui équipent généralement les camions GNC pèsent environ 70 kg à vide. Sur un camion équipé de 8 bouteilles, l’ensemble des équipements gaz (réservoir, système de fixation, sécurités et protections) pèse environ 800 kg à vide, soit moins que la limite dérogatoire d’une tonne.
A titre de comparaison, un réservoir GNL de 560 L pèse environ 380 kg à vide.

Un véhicule GNL risque-t-il de dégazer si le gaz se réchauffe ?

Le gaz contenu dans un réservoir GNL est à -160°C. Le réservoir est suffisamment isolé pour limiter l’évaporation du gaz. Ainsi, la réglementation R110 (Annexe 3B) défini la période minimale de retenue (= sans dégazage) à 5 jours avec le réservoir plein à 90% et une température extérieur de 20°C. Concrètement, un camion GNL doit rouler au moins 1 fois par semaine pour éviter tout rejet à l’atmosphère.

Peut-on utiliser un camion GNV pour transporter des matières dangereuses ?

Oui, à condition que le véhicule soit homologué ADR. En effet, pour transporter des matières dangereuse, le véhicule doit être homologué « ADR » (Accord for Dangerous goods by Road). Il s’agit d’une réglementation Européenne qui impose quelques dispositions spécifiques sur le véhicule (limitation de vitesse, freinage, dispositifs de protection des équipements electriques… etc). Scania et Iveco proposent des camions GNV homologués ADR.

Quelle est la teneur en huile maximale dans le GNV ?

En sortie de station GNV, il est possible de trouver des traces d’huiles dans le gaz. C’est l’huile utilisé pour la lubrification des compresseurs de la station. Cette teneur n’est pas réglementé dans l’arrêté qui fixe la qualité du GNC, mais la norme NF EN 16723-2 fixe des exigences sur la filtration en entrée et en sortie de la station. En particulier, le filtre doit être du type cartouche. La cartouche doit retenir 99% des particules solides ≥ 5 μm et 99% des particules liquides ≥ 10 μm.

Quels sont les documents spécifiques à présenter lors du contrôle technique d’un véhicule GNC ?

Lors du contrôle technique, le certificat d’installation des réservoirs GNC est exigé. Ce certificat fourni par le constructeur précise peut être réédité a posteriori en cas de perte du document. Il est rendu obligatoire par l’article 7 de l’arrêté sur l’exploitation des véhicules GNC.
Tous les véhicules de plus de 3,5 t et âgés de plus de 4 ans devront également présenter le certificat CID de requalification période des réservoirs.